Vannes Cyclo Randonneurs : site officiel du club de cyclotourisme de VANNES - clubeo

Les 7 différences entre un vélo loisir et de course

18 juillet 2018 - 14:34

1. La position

Le cycliste traditionnel cherche le confort plus que la performance. La position sur un vélo de course est différente : les mains se placent en bas du guidon pour chercher de la vitesse. « Ces vélos font l’objet d’études de soufflerie afin qu’ils soient le plus aérodynamique possible. »

 

2. Le matériau

Le vélo de course est en carbone, un matériau plus léger que l’aluminium, utilisé pour ceux de loisir. Les bateaux à voile de compétition, par exemple, sont composés de ce matériau. « Le vélo de coureur ne se déforme pas, il est très rigide. »

3. Le système de transmission

Le plateau avant, au niveau du pédalier, est plus grand sur le vélo de course. Il possède 52 dents. « Plus il y a de dents, plus on va vite. » Les pignons à l’arrière sont plus petits, pour gagner plus de vitesse. À l’inverse, le vélo traditionnel compte 42 dents sur le plateau avant. À l’arrière, les pignons sont plus grands. Cela permet de rouler avec plus de facilité mais l’effort est plus important.

4. La roue

La roue est composée d’un pneu, d’une jante, d’un moyeu et de rayons. Le pneu d’un vélo de course est plus fin, pour l’aérodynamisme. Les jantes en carbone sont aussi plus hautes que le vélo traditionnel, « sauf dans les courses de montagne, où on baisse la roue ». Le vélo de coureur possède moins de rayons que son cousin, pour une question de poids.

5. Le freinage

Les vélos de course ont des freins à disque. Si certains amateurs recherchent de plus en plus ce type de vélo, les bicyclettes traditionnelles possèdent des freins à patins. « Ils sont moins bons par temps humide, la jante s’use plus vite. »Les freins à disque fonctionnent grâce à un système hydraulique, contrairement aux freins à patins, qui marchent avec des câbles. « On voit apparaître de plus en plus de freins à disque sur des vélos de route, pour le côté endurance et sécurité du freinage. »

6. Le poids

Exit la béquille ou le porte-bagages, le vélo de compétition est optimisé pour être le plus léger possible. Le poids est l’un des critères pour gagner de la vitesse. Le vélo de course pèse seulement 7 kg, contre 13 kg pour celui de loisir. « Le poids est l’allié de la performance. »

7. Le budget

Entre la bicyclette pour aller au travail et la bécane du cycliste sportif, les prix ne sont pas les mêmes. Comptez environ 500 € pour un vélo traditionnel, et près de 5 000 € pour un vélo de course.

Commentaires