Vannes Cyclo Randonneurs : site officiel du club de cyclotourisme de VANNES - clubeo

Tracé du 106 ème Tour de France en 2019

22 octobre 2018 - 21:56

Le Tour de France rendra hommage à Eddy Merckx à l'occasion du 50e anniversaire de sa première victoire en 1969. Mais il ne se contentera pas de la Belgique…

Rendez-vous incontournable de l'automne cycliste, la présentation officielle du Tour de France va de nouveau remplir le Palais des Congrès jeudi en fin de matinée. Voici ce qui pourrait être annoncé… Venus d'Albi où ils auront récupéré d'un début de Tour éprouvant (les Vosges, le Massif central du côté de chez Romain Bardet…) les coureurs retrouveront la région toulousaine au début de la deuxième semaine de course à l'approche du premier massif de haute montagne. Le quartier de Bagatelle, si bien défendu par ses «pitchounes» devrait enfin applaudir la caravane. Là, les choses très sérieuses vont commencer avec une étape qui devrait prendre la direction du Luchonnais. L'escalade des cols de Peyresourde puis d'Aspin devrait précéder l'arrivée à Bagnères-de-Bigorre où le Président Macron, piloté par Gilles Maignan, pourrait féliciter le vainqueur.

 

Un autre regard sur l'Ariège

 

Le lendemain, deuxième séquence pyrénéenne avec un départ de Tarbes et une nouvelle arrivée au sommet du Tourmalet, la troisième de l'histoire, neuf ans après la victoire d'Andy Schleck. Le maillot jaune et ses adversaires traverseraient le Béarn (sans s'arrêter à Pau, comme en 1996-2000-2004-2009-2013…) pour une ascension du col d'Aubisque, puis du Soulor, avant la montée finale du Géant de Bigorre, côté Barèges. Les concurrents n'en auront toutefois pas fini avec les Pyrénées puisqu'ils sont espérés en suivant à Foix, ou plutôt au-dessus, pour une arrivée inédite, celle du Prat d'Albis, à 1 200 m d'altitude avec une montée d'une dizaine de kilomètres à 9,5 % de moyenne. Si Montségur, le Port de Lers et le terrible Péguère sont additionnés avant le passage à Foix, les écarts pourraient être au rendez-vous avant le début de la seconde partie de l'épreuve qui, en passant par Nîmes (et peut-être juste avant par la côte), rejoindrait les Alpes du Sud.

Plus haut que la Planche, sur les cailloux à 24 %

Nîmes, cadre superbe de la deuxième journée de repos, attend un contre-la-montre individuel, il pourrait même, comme celui de la Vuelta 2017, traverser les célèbres arènes romaines de la ville.

Du Pont du Gard ensuite, l'épreuve gagnerait Gap pour un programme alpin très copieux, jusqu'à la veille de l'arrivée à Paris. Une «étape événement» a été évoquée autour du Champsaur, on saura jeudi si c'est une simple rumeur, ou une nouvelle expérience comme le tracé éclair dans les Pyrénées (quelle réussite entre Luchon et le col du Portet l'été dernier !) ou le passage sur la terre des Glières.

Christian Prudhomme et son équipe adorent les nouveautés, on l'a vu et on l'a apprécié encore récemment lors du dernier Paris-Tours sur les chemins entre les vignes de Vouvray. Les mécanos devront soigner les pneus et les boyaux lors de l'arrivée à la Planche des Belles Filles, devenue incontournable en quelques éditions seulement. La ligne doit être tracée plus haut que d'habitude sur un sentier de randonnée avec des passages à 24 % ! Le Tour 2019 n'aura quitté Bruxelles où il rendra hommage à Eddy Merckx que depuis cinq jours…

Pas de Pau ?

Dans la course aux indiscrétions qui anime chaque année les semaines précédant la présentation officielle de la carte, l'éventualité d'une étape contre la montre à Pau, après celle du Tourmalet revient régulièrement. La cité du bon roi Henri devrait effectivement toucher un chrono, mais ce serait plutôt celui de la… Vuelta qui s'apprête à repasser la frontière, deux ans après l'inoubliable départ de Nîmes. Le dernier contre-la-montre béarnais remonte à 1981 avec un départ de Nay. Hinault avait gagné de justesse, 3'' devant Knetemann.

Commentaires